Aix en Passion – LePassionneur

« La passion et l’expertise au service des montres de collection et de prestige »

À l’ombre des boutiques plus ou moins chics, surfant avec un succès variable sur les tendances et la renommée de la cité bourgeoise d’Aix-enProvence, Le Passionneur trônant pourtant dans le bel Hôtel du Poët au Zénith du cours Mirabeau, les Champs Élysées locaux, vous accueillera avec l’unique prétention de vous être agréable et de pleinement vous satisfaire.

C’est certainement l’endroit que privilégieraient princes arabes ou russes fortunés et bien renseignés, en villégiature dans notre belle Provence, pour acquérir une pièce sinon unique, assurément d’exception. Mais grâce à l’éclectisme propre à tous vrais passionnés, n’importe qui pourra s’offrir un petit morceau de l’histoire horlogère mondiale, tant ici, exclusif ne veut pas dire mettre de côté mais sélectionner avec talent. Le client est roi bien sûr, comme partout ailleurs en théorie, mais chez Le Passionneur, il est surtout complice de passion, voir coupable d’aimer les belles choses, en tous cas d’avoir un goût certain. Un comble, dans le sens d’être comblé. Au pied de la vitrine surmontée d’une reproduction d’un superbe cadran à grandes complications indiquant 10h10, vous tomberez sous le charme d’une sélection d’élite, assurément composée pour provoquer la célèbre Compulsion Horlogère Impulsive (CHI en Suisse :-).

Dix heures dix, c’est la meilleure position des mains sur un volant mais surtout, c’est la position idéale pour mettre en valeur un cadran sans masquer partiellement un quantième à 3h ou une emblème à 12. C’est aussi symboliquement le dessin des bras ouverts et de l’accueil. Les anglo-saxons ne désignent-ils pas les aiguilles par le terme « hands ». Le Passionneur c’est donc la passion entre les mains et, j’en met les miennes au feu, c’est certainement ce que vous expérimenterez à la faveur d’une visite. Derrière le jeu de mot « passion-heure », et une fois franchi la double porte du sas de sécurité, commun à toutes boutiques abritant de véritables trésors, vous serez les hôtes d’un havre de bon goût, d’expertise et de précieux conseils.

Vous ne repartirez peut être pas dès votre première visite, avec la montre de vos rêves, mais assurément avec des étoiles dans les yeux et avec la conviction qu’un jour vous reviendrez ici, pour passer à l’acte. Car s’il existe un lieu plus que tous autres où le désir est invité à naître et s’épanouir, vous y êtes ! L’excellence est au menu est la carte se renouvèlera mais ne changera pas. Du beau, du rare, de l’exception, vintage, ou plus récent… du précieux toujours. De belles vitrines mettent en évidence et en valeur ces véritables bijoux issu du génie horloger, la plupart mythiques pour les collectionneurs avertis que vous êtes, mais avec un choix pléthorique mettant le coup de cœur à la portée du tout un chacun que je suis. Invité à vous installer confortablement à une table, vous pourrez examiner à la faveur d’une lampe reproduisant une lumière idéale, la finition d’une lunette ou d’une carrure, la beauté d’un cadran ou le poli délicat d’un bracelet acier, mais surtout toucher et passer les bijoux à votre poignet.

L’offre étant impressionnante et la place judicieusement proportionnée, afin de privilégier une intimité propice à l’épanouissement, tout ne peut être exposé en vitrine. Ainsi, à la faveur d’un échange, toujours constructif, vous aurez assurément la chance de voir comme sorti de nulle part (à priori du coffre fort), un modèle rare voir inconnu. Oubliez les rendez-vous obligatoires ou la patte blanche, pour pouvoir examiner de près une belle pièce chez certains AD, chez Le Passionneur, le sésame sera votre passion. J’ai eu la chance de pouvoir examiner sous toutes ses coutures, une Speedy pré-moon avec échelle télémétrique en kilomètres, et eu même l’insigne honneur de voir le maître des lieux ouvrir le fond d’une Omega 30 T2 en or rose, et me permettre d’admirer ce mouvement tant plébiscité par les passionnés de la marque. Magique ! Et encore je suis ignare en la matière, alors imaginez un passionné érudit aux mains d’un expert passionné…

Justement dans Le Passionneur il y a LE, et c’est Jean Garcia, créateur de la boutique, qui vous transmettra sa passion horlogère, son bon goût et son accessibilité malgré son haut niveau d’expertise. En effet, si le concept de boutiques de montres d’occasion ou vintage n’est pas nouveau, Maître Jean l’a fait évoluer à son stade ultime. Il était logique pour lui de se doter d’un atelier, afin de pouvoir prodiguer les soins à ses beautés prestigieuses, certes intemporelles, mais nécessitant de véritables attentions : réglages, entretiens ou réparations. Le SAV de la passion en quelques sortes, version Homar et Fred, en réalité Michel et Patrice qui non content de partager en tant que maîtres horlogers un savoir commun, sont également respectivement spécialistes des marques Rolex et Omega pour avoir œuvré en leurs seins. Un atout de taille, quand on sait à quel point les compétences sont en voie de disparition (tous secteurs d’activité confondus malheureusement) et le réseau primordial pour s’approvisionner en pièces : une activité qui peut parfois être si chronophage que les délais gonflent à vue d’œil jusqu’à devenir déraisonnables. Le simple fait de savoir qu’ils n’hésiteront pas à user du tour si le besoin s’en faisait sentir pour sauver un monument est réconfortant pour les amoureux de garde temps que nous sommes.

Un grand merci, au passage, à Maître Patrice qui a non seulement sauvé le calibre11 d’une Breitling Chrono-matic 2111 (circa 1969) précédemment mal entretenu par un horloger parisien, pourtant recommandé par Pestel Debord ; se transformant en artisan bijoutier urgentiste afin d’effectuer une opération à maillon ouvert, sur le bracelet d’origine forcément cassé au mauvais endroit, de la Speedmaster Pro de mon fils aîné, et qui des mois plus tard n’a toujours pas subi de rejet. Respect et grand merci Maître Patrice !

Plus récemment, une boutique d’accessoires et venue former le troisième volet du triptyque gagnant imaginé par ce créateur de valeur ajoutée qu’est Jean
Garcia, afin de compléter l’offre déjà Premium et d’être à même de satisfaire la clientèle en tous points. Bracelets, marmottes, remontoirs ou écrins, côtoient d’autres objets parfois en marge de l’univers horloger mais toujours dans celui du luxe et de l’esprit collection, voir de l’insolite comme cette très belle boîte à priser Dunhill en argent massif ou ce magnifique et très rare Lockheed Constellation en métal chromé, avec son triple empennage (dérives arrières) et ses quatre moteurs à hélices de 18 cylindres chacun. Assurément un des plus jolies boutiques de la ville et toujours cet accueil exceptionnel. Re-respect !

Jean Garcia a créé un véritable temple voué à sa passion qu’il transmet le plus naturellement du monde, agrémenté d’anecdotes sympathiques et de détails très intéressants et toujours pertinents, sur un calibre méritant, tant pour lui comme pour nous, le contenant est indissociable du contenu. Le ying et yang horloger, pour le plus grand plaisir de ses hôtes amateurs de beaux mouvements et de boîtiers raffinés. Si la performance d’avoir réussi à créer les conditions pour vivre de sa passion est déjà fort louable et hautement enviable, Jean Garcia ne se contente ni d’être un émule pour certains (nous ne les stigmatiserons pas ici), ni de vendre dans un bel endroit, des Rolex, Jaeger Lecoultre, Omega, Roger Dubuis, ou autres créations d’horlogers hors pairs, mais s’implique en tant qu’expert, notamment pour l’hôtel des ventes aux enchères de Monaco. Plus qu’un titre honorifique ou un label gage de qualité, permettant d’assoir une réputation, c’est une véritable mission indissociable de l’ensemble cohérent qu’il a créé. Ayant obtenu la certification judiciaire d’état en bijouterie et horlogerie, et membre de l’International Jewlery Guild, il œuvre sans relâche et avec pertinence dans le milieu horloger, contribuant se faisant à défendre les intérêts d’une profession confronté à une mutation profonde, notamment à l’heure de l’Internet. Offrir des conseils professionnels, garantir l’authenticité ou les justes prix, ne sont que les exemples visibles de l’iceberg.

Vous aurez certainement remarqué ma partialité à l’égard de ce bel endroit qu’est Le Passionneur, mais je n’ai fait que retranscrire le plus fidèlement possible, l’expérience qui m’a été donné de vivre. Bel endroit n’étant pas qu’une qu’une plate considération esthétique. Si vous avez parcouru mes pérégrinations précédentes Place Vendôme, à Dubaï ou dans les passages parisiens plus modestes, ou encore au Long court de la vallée de Joux jusqu’au Bienne, vous savez que j’ai la faculté (pour ne pas dire le défaut récurent) d’être impitoyable, voir d’estimer mon arrogance contendante, quand le décalage entre le son et l’image m’insupporte. C’est donc avec la certitude que vous ne serez pas déçu, je ne peux que vous enjoindre d’effectuer votre propre pèlerinage et vous souhaite à toutes et tous bien du plaisir, si d’aventure vous passiez par Aix-en-Passion (13100)…